[Chronique de Livre] Guitar de Michael Heatley

Dans mes flâneries dominicales j’aime parfois m’arrêter chez un de ces libraires discount du type Mona Lisait, on y trouve parfois des arrivages intéressants lorsqu’on a l’envie de lire musique et instruments. Dimanche dernier c’est l’ouvrage Guitar de Michael Heatley datant de 2008 qui a attiré mon œil aiguisé. Que voilà un beau livre qui réveille le geektariste comme un Gros Seins d’Enfer – Volume 12 réveillerait un bon vieux pornophile. Attention toutefois car ce livre est en anglais uniquement.

J’ai d’abord été interpellé par la photographie de couverture, et même si l’on ne juge pas un livre sur sa couverture, je dois avouer que celle-ci a déjà éveillé ma curiosité et presque convaincu d’acheter le bouquin quoiqu’il arrive. Penses-tu une couverture d’un ouvrage consacré à la guitare montrant une guitare aussi singulière que cette ESP (et je sais que c’est une ESP uniquement parce que c’est écrit à la fin) signait le fait que le livre promettait de bien belle chose.

Et en effet, Guitar est avant tout un beau livre truffé de belles images… Images énormes et détaillées de nombreuses guitares et basses, mais aussi photographies des artistes emblématiques ou moins emblématiques qui ont un jour ou l’autre touché certains de ces instruments. Après une introduction rappelant les fondamentaux de la guitare, et un historique rapide, le livre se déroule en ordre alphabétique comme une encyclopédie ou un dictionnaire dont les entrées sont les marques qui ont fait, et font l’histoire de la guitare électrique.

L’ouvrage est loin d’être exhaustif puisqu’il ne couvre que 50 fabricants de guitares et basses électriques mais les partis pris sont assez intéressants. Chaque chapitre fournit un très rapide survol de l’historique de la compagnie, quelques images des modèles phares de la marque et des artistes les plus symboliques des instruments. Evidemment on n’échappe pas aux 2 géants du domaine: Fender et Gibson. Ce sont d’ailleurs les 2 chapitres les plus volumineux, ce qui semble somme toute assez logique.  Les grandes marques font toutes l’objet d’un chapitre plus où moins étendu. On peut regretter qu’une marque comme Ibanez ne soit abordée qu’à travers les guitares pointues du shred quand on sait toute la gamme de la lutherie Ibanez. Mais on ne peut qu’apprécier l’équilibre que Michael Heatley a essayé de trouver en couvrant tous les registres de la guitare électrique: des guitares du Metal aux guitares du Jazz via les bizarreries en fibre de verre de National (avec une magnifique photo de Jimmy Reed), les guitares délicieusement kitsch de la marque Italia et les ovnis vintage futuristes de Vox. Au rayon français on croise Lag et Vigier qui croisent des marques venant d’ailleurs et que pour ma part je découvre pour certaines telles que Driskill, Reede ou Robin.

J’ai également pas mal apprécié le choix de certaines photos ne cédant pas à la facilité. Au rayon artistes habituellement associés à Fender par exemple,  on peut voir Jimmie Vaughan titillant une Robin double manche (diapason standard en bas, et diapason court en haut) ou Jeff Beck méditatif sur sa Jackson Soloist à Floyd (et au passage il ne se trouve ni dans le chapitre Fender, ni dans le chapitre Gibson). Le livre est truffé de ces petits moments, et quelques photos rares. Les légendes des illustrations apportent de nombreuses informations intéressantes qu’elles soient pointues ou plus anecdotiques. Bref si un peu de porno-guitaro-graphie te tente… Franchement ce bouquin est fait pour toi! C’est une bonne lecture de tous les moments.

Guitar: Ecrit par Michael Heatley

A propos de Sem

Taulier de Muzicosphère et créateur de GAS a GoGo, fournisseur de G.A.S. depuis 2010, et de Guitar Fail, fournisseur de LOL guitaristique depuis 2011.

5 commentaires

  1. Le prix, le prix !!!
    Sinon, Robin, ce sont de très bonnes guitares texanes. Eu l’occasion d’en jouer une il y a très longtemps, elle était vraiment bien.

    • Ah oui le prix… C’est une donnée que j’oublie toujours!! Il était à 20 € dans la librairie mais on le trouve un peu moins cher sur le net chez Barnes & Nobles autour de 13$ (mais je n’ai pas regardé ce qu’il en coûte de frais de port, ni même s’ils envoient à l’étranger)

      Pour les Robin en tout cas ce que j’en ai vu dans le bouquin m’a donné envie d’en savoir plus :)

  2. Tu m’aurais demandé, je t’aurais dit que c’était une ESP, pas besoin de lire le bouquin.
    Plus sérieusement, c’est un, sinon le seul, modèle de la marque à m’avoir un peu plu.

  3. yeah!!!
    nice, thanks very much!

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Scroll To Top